Sortie chez les éditions Wild Side ce mercredi 29 mars 2017 de L’Histoire de l’Amour, film de Radu Mihaileanu sorti dans nos salles françaises le 9 novembre 2016. Entre tire-larme et feel-good movie stéréotypé, L’Histoire de l’Amour est hélas un récit chaotique.

Synopsis : Pologne. Années 30. Léo aime Alma. Il lui a juré de la faire rire toute sa vie mais la guerre les a séparés. Alma a fui à New York et Léo a survécu à tout pour tenir sa promesse. De nos jours, à Brooklyn, vit une adolescente pleine de passion et de fougue. D’ailleurs, elle aussi s’appelle Alma. Tandis que de l’autre coté du pont, à Chinatown, Léo devenu un vieux monsieur espiègle, vit toujours avec le souvenir de « la femme la plus aimée au monde »… 

« Trop audacieux », « labyrinthique »… Voici des mots revenus dans de nombreuses critiques à la sortie du film. Et pourtant, le long métrage de Radu Mihaileanu est un récit au final assez simple, au riche potentiel corrompu par de multiples éléments : sa construction «bordelique» et mal maîtrisée qui vous perdra souvent sans jamais réussir à récupérer votre attention ; les personnages stéréotypés pourtant bien servis par leurs acteurs ; sa musique de film d’action/thriller complètement à côté de la plaque mettant ainsi à mal le drame qui se joue à l’écran ; ou encore la représentation de la Shoah avec son écrin de «pommade muséale» comme l’écrivait Daney et ses notes de musiques gonflantes, faisant de l’événement un téléfilm larmoyant plutôt qu’une représentation partielle mais essentielle d’événements abominables.

Ainsi l’Histoire fait pleurer lorsque la mise en scène le commande, et elle est transformée «en un simple élément décoratif » (écrit le théoricien Dork Zabunyan) permettant d’ajouter de l’ampleur à la force de l’amour de Léo et Alma. Une scène montrera à quel point l’Histoire est en fait un pur élément décoratif. Le jeune Léo se cache face à l’horreur nazie qui dévaste son village. Que fait le réalisateur ? Il associe la scène à celle de sapeurs pompiers affrontant le feu dévorant un immeuble, et cela grâce à la musique qui permet d’assurer plus ou moins le «lien de l’horreur». On oubliera ensuite la difficulté pour Léo de survivre face à la terreur nazie, tout de même évoquée dans quelques lignes de dialogues de temps en temps. L’Histoire ne cherche pas à faire réfléchir et réagir son présent, elle amplifie la romance du couple et l’horreur nazie perd de son statut de terreur absolue.

Heureusement, tout n’est pas noir dans ce film probablement maladroit plus que volontairement malsain – espère-t-on. Si l’interprétation de Sophie Nélisse est autant en dent-de-scie que l’écriture emplie d’incohérences de son personnage, Derek Jacobi et Elliot Gould sont formidables malgré leurs personnages stéréotypés. Si Gemma Aterton illumine l’écran, dixit plusieurs critiques du film, on dira ici qu’elle est loin d’éclairer l’univers. Elle fait ce qu’elle sait faire, sourit comme elle a déjà souri, pleure comme… vous avez compris. Aussi, on appréciera la réflexion sur l’histoire d’une œuvre, ici le livre de Léo qui a justement pour titre L’Histoire de l’Amour, livre de sa vie qui lui sera volé, dont l’existence au présent dépendra d’un autre vol mais aussi de l’amour passionné d’une traductrice pour une œuvre à l’auteur public imposteur. Ainsi plus ouvertement, on prendra du plaisir face aux réflexions – plus ou moins conscientes du film – sur le travail de l’Histoire, construite par les hommes, leurs mensonges et leurs souvenirs – parfois (volontairement) erronés – plus que par une perception simple (sans pour autant être pleinement objective) des faits.

  Maman a tort de Marc Fitoussi : sortie DVD le 5 avril

Le (bien trop) long métrage de Radu Mihaileanu possède une édition DVD/Blu-ray des plus classiques. Si la copie du second support est bien sûr supérieure à celle du premier, on retrouvera les éternels featurettes promotionnelles estampillées par le service marketing : « making of » ; et les scènes coupées. Attention, les coulisses du tournage ne sont disponibles que sur l’édition Blu-ray. Excellent point pour les deux supports, la présence – pas encore automatique lors des sorties vidéo – du sous-titrage pour sourds et malentendants et l’audiodescription pour aveugles et malvoyants.

Au final, on retiendra L’Histoire de l’Amour comme un magma de cinéma plus difficile à digérer qu’à aimer passionnément ; à la folie ; pas du tout…

L’Histoire de l’Amour : Bande-annonce

L’Histoire de l’Amour : CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DVD

Format image : 2.40, 16/9ème compatible 4/3

Format son : Français Dolby Digital 5.1, Anglais DTS 5.1 & Dolby Digital 2.0, Audiodescription

Sous-titres : Français, Français pour Sourds & Malentendants

Durée : 2h09

Prix public indicatif : 14,99 € le DVD

L’Histoire de l’Amour : CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Blu-ray

Format image : 2.40 – Résolution film : 1080 24p

Format son : Anglais & Français DTS HD Master Audio 5.1, Audiodescription

Sous-titres : Français, Français pour Sourds & Malentendants

Durée : 2h15

Prix public indicatif : 19,99 € le Blu-ray

Comments

Commentaire

5 Partages
Partagez2
Tweetez
+11
Épinglez1
Partagez1
Email