born-to-be-blue-robert-budreau-film-critique
3.0

Born to be blue, un film de Robert Budreau : Critique

Concentré sur ce qui fut sans doute la période la plus difficile de la vie de Chet Baker, Born to be Blue tente de sanctifier le jazzman en le montrant comme un homme porté par son abnégation et son ambition dévorante. Mais, à défaut des scènes de concert qu'il filme pourtant magistralement, le réalisateur se sent obligé de combler les lacunes de son scénario en le rendant académique et convenu.
le-parc-damien-manivel-film-critique
4.0

Le parc, un film de Damien Manivel : Critique

Comment croire que quelques plans fixes filmés en lumières naturelles dans un décor unique puisse aboutir à un film de 70 minutes capable de laisser rêveur? C'est pourtant ce l'exploit qu'a accompli le jeune Damien Manivel, qui s'impose ainsi comme un indépendant à l'avenir prometteur.
le-fondateur-John-lee-hancock-film-critique
2.0

Le fondateur, un film de John Lee Hancock : Critique

Un film qui nous propose de découvrir comment un stand de sandwichs dans un petit village californien est devenu en moins de 20 ans le leader mondial sur le marché de la restauration rapide. Ce modèle de réussite capitaliste qu'est la franchise McDonald's est une pure incarnation du rêve américain et, par extension, une occasion de vanter les mérites de l'affairisme le plus cynique.
better-call-saul-saisons-1-et-2-critique
3.0

Better Call Saul, une série de Vince Gilligan et Peter Gould : critique des saisons 1 et 2

Alors que la troisième saison ne saurait tarder, petit retour sur les deux premières saisons de Better Call Saul. Était-il indispensable aux créateurs de Breaking Bad de revenir sur le passé de l'un de leurs personnages secondaires et quelle est la meilleure façon de s'y prendre? Les ruptures de ton et de rythme qui pèsent sur cette vingtaine d'épisodes semblent indiquer que même les showrunners ne sont pas sûrs de la réponse.
paterson-jim-jarmusch-film-critique
4.5

Paterson, un film de Jim Jarmusch : Critique

Jim Jarmusch nous revient avec une oeuvre qui signe un retour à l'esprit de béatitude artistique qui marquait ses premières réalisations indépendantes au début des années 80. Parfaitement maîtrisé de bout en bout, Paterson apparaît comme l'aboutissement du travail d'un cinéaste qui n'a jamais voulu faire comme les autres. Que du bonheur.