critique-femme-fatale-brian-de-palma
3.5

Femme Fatale de Brian De Palma : la french touch

Fatigué du système hollywoodien, Brian De Palma s'exile en France pour donner naissance à Femme Fatale. En rendant hommage au film noir et notamment au personnage de la femme fatale, Brian De Palma offre à Rebecca Romijn le premier rôle de cette production outrancière au scénario des plus rocambolesque mené par une mise en scène non moins virtuose.
critique-sans-un-bruit-john-krasinski
3.5

Sans un bruit de John Krasinski, le silence est d’or

Gros succès outre-atlantique, Sans un bruit semble être bien parti pour être la sensation horrifique de cet été. Derrière le film de John Krasinski se cache avant tout un concept diablement efficace obligeant une famille à survivre de façon silencieuse face à l'invasion d'étranges créatures aliens.
critique-l-esprit-de-cain-brian-de-palma
4.0

L’esprit de Caïn de Brian De Palma : une oeuvre aux multiples visages

Archétype de l'oeuvre maudite, L'Esprit de Caïn divise parmi les fans, certains y voyant une oeuvre mineure à la limite de la parodie et d'autres un chef d'oeuvre quasi-expérimental. Grâce à un montage effectué par un fan, L'Esprit de Caïn peut enfin déployer tout son potentiel labyrinthique, celui d'une oeuvre malade, baroque et schizo menée par un John Lithgow s'en donnant à coeur joie.
critique-soeurs-de-sang-brian-de-palma
4.0

Soeurs de sang de Brian De Palma, l’héritier d’Hitchcock

A l'occasion de la rétrospective Brian de Palma à la Cinémathèque Française du 31 mai au 4 juillet, CineSeries-Mag revient sur ses plus grands films. Avec Soeurs de Sang, Brian De Palma entre par la grande porte dans le genre du thriller hitchcockien. Grâce à une certaine maestria, le réalisateur combine pour la première fois deux des thématiques qui vont hanter toute son oeuvre, à savoir le double et le voyeurisme. L'une des pierres fondatrices de l'édifice qu'il va construire sur plusieurs décennies.
critique-perfect-blue-satoshi-kon
4.5

Perfect Blue de Satoshi Kon, premier coup d’éclat d’un maître de la japanimation

Pour son premier film, le grand Satoshi Kon frappe fort. Avec Perfect Blue, il retrace le parcours d'une ancienne idol de la J-Pop cherchant à se reconvertir dans la série télé. Une reconversion qui va peu à peu se transformer en un cauchemar schizophrénique et paranoïaque au travers duquel le réalisateur nippon va dévoiler tout son savoir-faire pour la manipulation.