Le calendrier ne pouvait nous empêcher de remarquer que noël arrive à grands pas! L’occasion en or pour se demander quels sont les meilleurs films à revoir pour accompagner une bonne bûche en famille.

La plus festive des célébrations de la religion chrétienne, et par extension de la civilisation occidentale, n’est-elle plus, comme le disent certains esprits cyniques, qu’un argument commercial ? Si l’on en croit le cinéma, et en particulier celui venu d’Hollywood, noël reste et restera un moment particulier pour condenser, plus qu’à n’importe quelle autre occasion, toute sa générosité et son amour envers ses proches.

Toute la mythologie mais aussi les valeurs familiales et les bons-sentiments propres à cette date du 25 décembre ont pris des formes aussi diverses que variées dans l’Histoire du cinéma, et ce à une échelle internationale. La meilleure preuve en est la façon dont l’incarnation de cet « esprit », le père noël, a lui-même eu droit à des représentations pour le moins éclectiques. Encore récemment, il a pu apparaitre aussi bien comme un ersatz de super-héros (Les cinq légendes) que comme une figure horrifique (Père Noël : Origines).

Prenant quelques instants sur leur temps alloué, traditionnellement, à leurs premiers achats de cadeaux et à la décoration de leur sapin, les membres de la rédaction se sont interrogés sur les films qui incarnent au mieux cette période pleine de magie et les meilleurs souvenirs qu’ils en ont gardés. L’ambivalence des résultats atteste de la place si particulière que peut tenir noël dans l’imaginaire collectif.

Le top des films de noël selon la rédaction :

top-5-noel-gremlins1/ Gremlins (Joe Dante, 1984) : Gizmo, petite créature pelucheuse et sensiblement adorable, est le cadeau de Noël que tout enfant voudrait avoir. À condition de ne pas l’exposer à la lumière, de ne pas le mouiller et de toujours le nourrir après minuit bien sûr ! Lové confortablement en famille dans le canapé, on ne peut s’empêcher de rire devant ces petits farceurs aux drôles de frimousses. Petits lutins malicieux qui prennent un malin plaisir à faire de Noël un enfer, les Gremlins sont devenus depuis plusieurs années, des incontournables de ces périodes de fêtes. Recette parfaite du film familial réussi, mélange savoureux de comédie et de fantastique, Gremlins séduit encore le public 32 ans après sa première diffusion et ne manque pas, chaque Noël, de réunir petits et grands au cours d’une soirée de réveillon bien décalée.       Yael

 

top-5-noel-etrange-noel-de-monsieurr-jack

2/ L’Étrange Noël de Monsieur Jack (Henry Selick, 1993) : Tim Burton a fait ses débuts chez Disney où il a notamment travaillé sur Rox et Rouky. Animer les séquences de l’amitié d’un renardeau et d’un chiot, sans aucun recul critique a laissé chez lui une envie de faire un autre cinéma d’animation. L’Etrange Noël de Mr Jack est le premier film dont Burton peut revendiquer la paternité ; bien que n’étant pas le réalisateur, il est à l’origine de cette histoire qui foule joyeusement au pied l’esprit de Noël. En s’attribuant la célébration de Noël, Jack Skellington, le grand maître d’Halloween, bouscule l’ordre établi en subvertissant les codes habituels. Tim Burton raffole de la subversion, le meilleur moyen pour révéler l’hypocrisie de tout un système de valeurs. Il n’y a pas de manichéisme dans ce film ; Jack n’est pas un méchant aux prises avec les gentils, c’est un original qui se heurte au conservatisme et à l’intolérance.      Constance

 

top-5-noel-le-pere-noel-est-une-ordure 3/ Le Père Noël est une ordure (Jean-Marie Poiré, 1982) :  Après le succès des Bronzés, Jean-Marie Poiré tourne Le Père Noël est une ordure avec les comédiens du Splendid qui interprètent déjà la pièce depuis 1978. Une soirée au QG de SOS Détresse-Amitié tourne au trash dans un crescendo surréaliste et éminemment jubilatoire. Très politiquement incorrect, le film connaît ce succès ininterrompu depuis plus de trente ans, avant tout car il est drôle, truffé de gags visuels et de punchlines tellement hénaurmes qu’ils sont tous devenus cultes. Le choix du traitement iconoclaste et sans tabou du mythe du Père Noël et des bonnes œuvres doucereuses qui lui sont associées permet de garder les pieds hors de la gadoue du sur-consumérisme ambiant des 24 & 25 décembre, année après année. Il illustre parfaitement ce qu’est l’esprit de Noël dans bien des cas : de la poudre dorée aux yeux qui se dissipe au vent glacé du lendemain de Noël…      Béa

 

top-5-noel-love-actually

4/ Love Actually (Richard Curtis, 2003) : Incontournable des fêtes de fin d’année, la comédie romantique de Richard Curtis est devenu un véritable classique par sa capacité à dépeindre dans un effort mesuré et sincère, l’Amour qui habite l’esprit de Noël. En effet, le film qui s’ouvre avec une performance mémorable de Bill Mack sur le morceau « Love is all around » transformé pour l’occasion en « Christmas is all around« , est un conte de fées pour adultes dont le message est l’amour. De fait, le patchwork d’histoires romantiques qu’est Love Actually témoigne du parallèle opéré par Curtis entre la magie de Noël et l’amour qui nous entoure. Ainsi, comme le clame Mariah Carey dans son titre « All I want for Christmas is you » (extrait de la bande originale du film), tout ce que nos héros veulent pour Noël, c’est l’amour.      Audrey

 

top-5-noel-la-vie-belle5/ La vie est belle (Franck Capra, 1946) : La Vie est belle, c’est la référence en matière de films de Noël, le sommet du genre, le classique absolu. La Vie est belle, c’est un conte de Noël, avec son héros profondément bon qui sacrifie sa vie pour le bien des autres, avec cette petite ville enneigée qui ressemble tant à un village de crèche, avec ses prières qui montent vers les cieux et ses anges gardiens qui cherchent à sauver les hommes. La Vie est belle, c’est une ode à la solidarité, l’esprit de Noël dans tout ce qu’il a de plus émouvant et humain, un moment de magie et d’espérance, un hymne à la bonté dont on ressort meilleur.    Hervé

 

Ils auraient pu y être : Le Pôle Express (Robert Zemeckis, 2004), Die Hard (John McTiernan, 1988), Un conte de Noël (Arnaud Desplechin, 2008), Tokyo Godfathers (Satoshi Kon, 2003)…

Comments

Commentaire

10 Partages
Partagez6
Tweetez2
+1
Enregistrer1
Partagez1
Email