Présenté à Un Certain Regard, Western est le film d’auteur dramatique formaté par excellence qui, malgré quelques qualités, ne fera pas date dans cette édition 2017.

Synopsis : Un groupe d’ouvriers allemands prend ses quartiers sur un chantier pénible aux confins de la campagne bulgare. Ce séjour en terre étrangère réveille le goût de l’aventure chez ces hommes, alors que la proximité d’un village les confrontent à la méfiance engendrée par les barrières linguistiques et les différences culturelles. Rapidement, le village devient le théâtre de rivalités entre deux d’entre eux, alors qu’une épreuve de force s’engage pour gagner la faveur et la reconnaissance des habitants.

Western-Meinhard-Neumann-film-selection-un-certain-regard-cannes2017Valeska Grisebach n’en est pas à son premier coup d’essai. La cinéaste fait partie de cette nouvelle génération que l’on qualifie de « Nouvelle Vague allemande » désormais porté par la réalisatrice Maren Ade qui avait rendu la Croisette hilare l’an passé avec Toni Erdmann, et dont Valeska Grisebach avait été consultante script. Ce coup-ci, c’est Maren Ade qui collabore avec Valeria Grisebach puisqu’elle co-produit son film, dans l’espoir sans doute de revivre le coup d’éclat de l’an passé. Après avoir présenté ses précédents longs métrages à Berlin ou Toronto, la presque cinquantenaire allemande a mis dix ans pour réaliser son troisième long métrage. En posant sa caméra au sein d’une exploitation hydraulique bulgare en construction, il ne fait pas de doute que la réalisatrice souhaite montrer des territoires de l’Est reculés, au sein des coexistences européennes et où l’Union Européenne ne semble pas encore avoir noyé le poisson des tensions passées. C’est ainsi que la caméra ne quitte presque jamais le personnage de Meinhard, héros taiseux et libre comme l’air, tel un Clint Eastwood à moustache ou un indien apache, notamment lors des séquences où Meinhard évoque son rejet de la violence. On retrouve donc les codes les plus connus du genre western, à savoir un milieu viril dont la raison de vivre n’est autre que d’asseoir sa propriété et de conquérir les territoires vierges. Les femmes sont secondaires et ne font que conforter la réputation de ces hommes. On négocie à table autour d’un alcool local et on se serre la main en promettant sa fille à son nouveau partenaire. Chaque geste peut être interprété comme un signe de provocation, entre les étrangers et les locaux dont la langue reste une barrière sociale évidente. La tension est palpable et un simple regard de travers suffit pour qu’une situation s’envenime et en fasse pâtir tout le territoire. C’est pour ces raisons que Western est un titre parfaitement adapté à la situation du film, témoin d’une époque révolue mais qui semble persister dans certains pays reculés. 

On pense évidemment à Dogs et Voir du Pays à l’issue de la projection, deux films l’an passé qui évoquaient certaines thématiques communes (la difficulté d’adaptation, le rejet de l’étranger, la violence machiste, etc.) et qui étaient présentés tous deux à Un Certain Regard. Peut-être faut-il y voir le point commun d’une compétition qui année après année reprend des films au propos sensiblement identique pour maintenir une sélection qui ne se renouvelle pas ou peu. On regrette alors un film qui ne renouvelle aucunement cette thématique et se voit plombé par une prévisibilité évidente. L’immersion au sein de ce groupe d’ouvriers brille par la justesse des dialogues, bruts et sans compromis tout comme les séquences de chantier participent au réalisme du film. Néanmoins, c’est dans son propos même que le film a du mal à exister, sans compter que la longueur du chantier aura vite fait de blaser les plus intéressés, tant la seconde partie semble être étirée en longueur pour aboutir à un dénouement tout ce qu’il y a de plus simpliste et sans audace. A l’instant où le générique de fin a démarré, des voix se sont élevées et ont clamé : « Tout ça pour ça ? », oui preuve que Western n’a rien à apporter en plus sur des interrogations maintes fois évoquées et avec plus de brio. Il serait extrêmement surprenant de le voir repartir avec un prix.


[UN CERTAIN REGARD] Western

Un film de Valeska Grisebach
Avec Meinhard Neumann, Reinhardt Wetrek, Syuleyman Alilov Letifov
Distributeur : /
Durée : 120 minutes
Genre : Drame
Date de sortie : Indéterminée

Allemagne, Bulgarie, Autriche – 2017

Western : Bande-annonce

  Cannes 2017 : Un beau soleil intérieur, la valse des sentiments selon Claire Denis

Comments

Commentaire

14 Partages
Partagez11
Tweetez
+11
Épinglez1
Partagez1
Email