The Escape Artist, une mini-série de David Wolstencroft : Critique
4.0Note Finale

Retour sur une mini-série britannique judiciaire passionnante, The Escape Artist (Perfect Crime), créée par David Wolstencroft (Versailles, Spooks) avec les fantastiques David Tennant (bientôt de retour dans Broadchurch sur France 2) et Toby Kebbell.

Synopsis : Tout réussit à Will Burton : marié à la fabuleuse Kate et père d’un enfant, il est aussi un brillant avocat adoré par tous n’ayant pas l’habitude de perdre une affaire même face aux cas les plus désespérés. Il s’occupe alors du cas du jeune Liam Foyle, suspect d’un meurtre d’une violence inouïe. Sans surprise, Burton réussit à le libérer. Mais en sortant du procès, l’avocat refuse de serrer la main de son client. Ce simple geste va avoir des conséquences dramatiques sur la vie de Will…

the-escape-artist-perfect-crime-mini-serie-david-tennant-tobby-kebbel-critique-tv-showThe Escape Artist (il a été traduit sous le titre Perfect Crime en VF) est une mini-série diffusée en trois épisodes sur la BBC1. Elle ne vous dit rien ? Pourtant, un remake français pour TF1 est sorti en 2016, La Main du Mal, avec Grégory Fitoussi, Joey Starr, Mélanie Doutey et Elodie Frégé, qui reprennent respectivement les rôles tenus par David Tennant, Toby Kebbell, Sophie Okonedo et Ashley Jensen. On avait finalement très peu entendu parler de sa série d’origine ce qui est regrettable vu sa qualité.

Sur le papier, la série ne semble pas si originale dans le sens où on a déjà vu des films et des séries de thriller judiciaire avec des rebondissements qui clouent les spectateurs sur leur siège et surtout qui posent ces mêmes éternelles questions : est-ce que tout le monde mérite d’être défendu ? Peut-on faire justice soi-même ? Cela dit, on oublie très rapidement les autres connexions avec d’autres œuvres cinématographiques et télévisuelles : The Escape Artist  sait nous tenir en haleine jusqu’au bout grâce à un scénario très bien ficelé construit sur trois actes et une mise en scène efficace et soignée. Alors que les Américains n’auraient pas hésité à tirer douze saisons de vingt-cinq épisodes, les Britanniques ont tendance à être plus raisonnables : ce choix de livrer peu d’épisodes est finalement productif. En effet, les trois épisodes sont très rythmés et addictifs et les thèmes autour des limites de la loi et livrer sa justice quitte à enfreindre les règles, bien développés et pertinents. Si l’on n’est pas plus surpris par la critique d’une justice qui ne fait pas toujours bien son travail, en revanche, nous trouvons tout de même un regard pertinent et culturel sur la justice en Grande-Bretagne notamment en exploitant les différences entre les justices anglaise et écossaise.

Will Burton est un personnage de plus en plus attachant au fil des trois épisodes face au drame qui lui tombe dessus. Il s’éloigne de plus en plus de l’homme parfait et lisse en n’hésitant pas à se servir de ses connaissances sur le système judiciaire et de ses failles pour arriver à ses fins personnelles. Le duel David Tennant contre Toby Kebbell fonctionne du tonnerre, même si le personnage de Burton est davantage mis en avant : si cela aurait pu être un reproche, on comprend aisément les intentions des scénaristes. Cela est certainement un moyen pour montrer comment un homme a priori droit dans ses bottes peut basculer dans un autre camp. Surtout si rien ne nous explique la naissance et les raisons de la cruauté de Liam Foyle, on sait en revanche que cet homme est irrécupérable pour la société.

the-escape-artist-perfect-crime-mini-serie-judiciaire-britannique-david-tennantL’ancien Doctor Who est magistral en avocat parfait sur tous les points qui va descendre en Enfer et devoir remettre toute sa vie et son métier en question. Toby Kebbell (vu dans Quelques minutes après minuit et Black Mirror) est également impeccable dans le rôle du méchant qui cache pourtant bien son jeu en société. On regrettera peut-être le personnage tenu par Sophie Okonedo (pourtant très à l’aise dans son rôle d’avocate tenace) qui manque un peu d’épaisseur et aurait pu être un peu plus exploitée.

Après avoir tout vu, avec un peu de recul, on peut légitimement se demander si certains rebondissements tiennent vraiment debout mais peu importe : on y croit et on est surpris par ce que les scénaristes nous racontent du début jusqu’à la fin.

The Escape Artist : Trailer

The Escape Artist : Fiche Technique

Créée par David Wolstencroft
Casting : David Tennant, Toby Kebbell, Sophie Okonedo, Ashley Jensen
Genre : Drame judiciaire
Format : 57 minutes
Premier épisode : 29 octobre 2013
Chaîne d’origine : BBC1

  Fawlty Towers, une série de John Cleese et Connie Booth : critique

Comments

Commentaire

7 Partages
Partagez4
Tweetez
+11
Enregistrer1
Partagez1
Email