cineseries-mag.fr ...

Ce mardi 5 juin va voir s’agrandir la « collection des (films de) maîtres » de l’éditeur Elephant Films. On trouvera notamment dans cet élan vidéo Tuer n’est pas jouer (I Saw What You Did), long-métrage de William Castle hochant entre thriller et comédie, grandes gueules du cinéma et jeunes premières adolescentes, constituant une intéressante série B à (re)découvrir dans une formidable version remastérisée.

Synopsis : Alors que leur parents sont absent, deux adolescentes, Libby et Kit décident de passer la soirée en s’amusant à faire des blagues au téléphone. Elles appellent au hasard des numéros et effraient les correspondants en leur déclarant qu’elles « savent ce qu’ils ont fait ! ». Mais quand elles appellent un véritable tueur, les conséquences de leur jeu risquent d’être fatales…

Sur la responsabilité du regard, par William Castle

On pourrait énoncer bien des défauts du film Tuer n’est pas jouer. Ce métrage de l’un des maîtres de la série B de genre possède une bande-son surexposée, une intrigue légèrement ficelée, des acteurs pas toujours convaincants… Mais il faut dépasser cela pour savoir se prendre au jeu des regards mis en place par Castle. Le cinéaste s’amuse avec le regard du spectateur, ce voyeur légalisé qui vient au cinéma prendre sa dose de visions et alors de frissons. Le générique de I Saw What You Did s’ouvre justement sur l’ouverture de deux trous permettant à nos yeux, et supposément ceux d’un tueur ou d’un pervers, d’observer le duo adolescentes discutant au téléphone et prévoyant de se retrouver chez l’une d’entre elles le temps d’une soirée excitée par l’absence des parents. Les spectateurs-voyeurs vont ainsi suivre la veillée des deux jeunes femmes accompagnées par la petite sœur de l’une d’elle. Puis le réalisateur tend à nous faire frissonner le temps d’une promenade en se jouant de notre perception et de nos attentes. Un chemin étrange, une porte qui se ferme toute seule… Puis Castle cesse ses petites terreurs de forain pour aller au cœur de son sujet. Notre regard de spectateur enjoué ne serait-il pas irresponsable ?

tuer-n-est-pas-jouer-pastiche-hitchcockien-avec-joan-crawford-john-ireland

Le pastiche Hitchcockien incarné par Joan Crawford et John Ireland n’est pas une grande réussite quand bien même il est lié (pas toujours adroitement d’ailleurs) au récit de ces jeunes femmes en puissance.

Voilà la question que va poser le cinéaste par la mise en scène de son trio de jeunettes s’amusant à faire des appels téléphoniques de façon inconséquente. L’une d’entre elles joue avec une voix langoureuse à contacter des hommes qu’elle espère mariés afin de rendre le jeu plus risqué et excitant. Mais si un couple s’amuse de ce jeu d’adolescentes, d’autres partent en dispute conjugale. L’un de ces échanges de couple vire à la bagarre puis à l’assassinat. Les filles ne le savent pas, et ne se sentiront pas impliqués. D’ailleurs, le film évacuera finalement la responsabilité de celles-ci dans cet accident meurtrier. Dommage, car là est le propos. Nos regards voyeuristes et emplis d’attente de spectateur d’épouvante/horreur ne seraient-ils pas responsables des décès qu’on voit dans ces longs-métrages à l’image du jeu inconséquent initié par les adolescentes ? Ainsi, le téléphone est aux filles ce que le cinéma est au spectateur, une fenêtre sur le monde qui, avec Castle, peut être utilisée à des fins d’amusement mortifère.

tuer-n-est-pas-jouer-le-jeu-au-telephone-des-adolescentes-inconséquentes

Les adolescentes s’amusent de façon inconséquente à un jeu loin d’être sans retours…

Blu-ray n’est pas tuer

Le film est présenté dans une copie remastérisée haute définition soignée tant sur le plan visuel que sonore. On notera une présence relativement importante de poussières sur l’image selon la scène, présence qui n’altère pas la vision. Elephant Films met probablement à disposition la meilleure copie du film disponible sur le marché. L’expérience du long-métrage est enrichie d’un intéressant mais trop léger exposé d’une durée de quinze minutes sur le film et sa situation dans l’œuvre de Castle hélas débité à la va-vite par Eddy Moine. On trouvera aussi dans les compléments la bande-annonce d’époque ainsi qu’une galerie d’images. Notez que l’édition proposée par Elephant Films contient le Blu-ray et le DVD du film.

Bande-Annonce – Tuer n’est pas jouer (I Saw What You Did)

Tuer n’est pas jouer (I Saw What You Did)

Un film réalisé par William Castle en 1965

tuer-n-est-pas-jouer-i-saw-what-you-did-de-william-castle-visuel-du-blu-ray-elephant-films

Édité par Elephant Films

19,10 € l’édition Blu-ray + DVD

Sortie le 5 Juin 2018

Comments

Commentaire

Partagez6
Tweetez2
Enregistrer1
Partagez
+1
9 Partages