cineseries-mag.fr ...

Avant la virée emplie de désillusion au DisneyLand de The Florida Project, Sean Baker mettait en scène dans Tangerine, une virée solaire et exubérante de deux prostituées afro-américaines transgenres dans les bas-fonds de Los Angeles. Un condensé de malice, de rire et de surprise à ne manquer sous aucun prétexte. 

Los Angeles. De nos jours. Sin-Dee et Alexandra sont des prostituées afro-américaines transgenres. Sin-Dee vient de sortir de prison après une peine de 28 jours et retrouve son amie Alexandra. Alexandra révèle à Sin-Dee que son petit ami Chester l’a trompée avec une femme, Dinah, lors de son séjour en prison. Sin-Dee décide alors de retrouver Chester et Dinah.

Une odyssée solaire et exubérante 

Avant son joli succès d’estime, The Florida Project, passé à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2017, Sean Baker avait déjà fait son trou dans la veine underground du ciné US avec Tangerine. D’où un cinéma indépendant porté à son paroxysme, le bougre ayant mis en scène une virée de plusieurs comédiens non-professionnels dans les bas-fonds de la Californie, le tout filmé à l’aide d’un Iphone. Une nouvelle approche de cinéma, dupliqué par Steven Soderbergh (Unsane), que le jeune réalisateur a sciemment choisi pour appuyer son histoire, fragile puisque porté par une palette de personnages pour le moins inhabituels dans le ciné US : des prostituées afro-américaines transgenres. Une démarche pour le moins originale, mais qui fait sens pour le cinéaste, ce dernier s’évertuant depuis ses débuts à filmer des minorités et leur donner via son scope, une voix. Et ici, à l’instar de The Florida Project où il donnait à voir le quotidien difficile d’une jeune fille habitant à deux pas d’un Disneyland, Sean Baker se permet une approche similaire en faisant coexister la difficulté et le bonheur, la résignation et la malice, les tracas du quotidien et le rire. Le tout dans une histoire ressemblant à un road-movie étalé sur une journée où la personnage principale va devoir arpenter kyrielle de trottoirs pour retrouver une de ses rivales. De quoi donner à cette odyssée solaire et irrévérencieuse un profond sentiment de jamais vu, comme le dit si bien une critique de The Guardian qui ose prétendre que l’on a jamais rien vu de pareil. 

Des bonus pas avares en détails. 

Vu l’aspect relativement inhabituel du projet, on guettait pas mal les bonus. Autant pour comprendre le pourquoi du comment que pour voir le cinéaste à l’oeuvre, seulement armé de son iPhone. Une chance pour nous, les bonus ne sont pas avares sur le sujet puisque se focalisant sur la genèse du projet, l’interview du casting ainsi qu’une interview des deux personnages principaux. De quoi nous permettre de mieux cerner ce projet tout à fait original qui mérite à n’en pas douter le coup d’oeil. 

Caractéristiques techniques DVD/Blu-Ray 

DVD :

Format : Scope – 16/9

Couleur

Durée : 84 minutes

Audio : Anglais 5.1 DD

Sous-titres : Français 

Bonus : La genèse du projet, Interview de Maya et Kiki, Interview du casting, Bande-annonce 

Blu-Ray :

Haute Définition 1080P/24

Format : Scope – 16/9

Couleur

Durée : 87 minutes

Audio : Anglais 5.1 DTS Master Audio

Sous-titres : Français 

Bonus : La genèse du projet, Interview de Maya et Kiki, Interview du casting, Bande-annonce 

Bande-annonce : Tangerine 

Comments

Commentaire

Partagez4
Tweetez4
Enregistrer2
Partagez
+1
10 Partages