cineseries-mag.fr ...

Le 10 janvier sort chez Wild Side la première saison de Fauda. L’occasion de se plonger dans cette série passionnante au suspense insoutenable digne de 24 Heures Chrono.

Synopsis : au cours d’une opération de routine, les services secrets israéliens apprennent que l’un des grands terroristes palestiniens, Abou Ahmad, dit La Panthère, qu’ils croyaient avoir tué 18 mois plus tôt, est toujours en vie. Ils vont donc monter une opération pour le tuer à nouveau.

C’est à une première saison magistrale que nous convient les éditions Wild Side. Implacable par sa construction et sa mise en scène, Fauda se dévore littéralement et une fois que l’on en a commencé le visionnage, les douze épisodes s’enchaînent à toute vitesse.

Fauda-serie-Lior- Raz-Hisham- Suliman-photo-Ohad-Romano

Attention, une note nous prévient : il s’agit ici de fiction. Donc, malgré le contexte, il ne faut pas chercher ici d’engagements politiques. Fauda se veut un divertissement, et c’est en cela une parfaite réussite.

La saison nous présente donc une équipe des services secrets israéliens, mais aussi une famille palestinienne. Les personnages nous sont montrés aussi bien dans leur vie privée que dans leurs actions. Parmi eux, deux se détachent, dont les parcours seront parallèles durant toute cette première saison.

Du côté israélien, nous avons Doron, membre des services secrets qui pensaient avoir tué Abou Ahmad et qui a désormais quitté ces activités trop dangereuses pour mener une vie de vigneron avec sa femme et ses enfants.

Face à lui, Taufik, dit Abou Ahmad AKA La Panthère, responsable présumé de la mort de 116 Israéliens, qui vit dans l’ombre depuis l’annonce de sa mort.

La saison commence lorsque ces deux personnages sortent de l’ombre après 18 mois de retrait de la vie publique. Tous les deux vont sacrifier leur famille (parfois au sens propre de l’expression) au nom d’un idéal. La violence va d’ailleurs envahir leur espace privé : il suffit de voir comment Doron s’entraîne au tir au milieu de ses vignes, ou avec quelle brutalité il bouchonne ses bouteilles, comme si c’était un combat.

Et surtout, tous les deux vont s’affranchir de toutes règles et enfreindre tous les interdits imposés par leur hiérarchie pour transformer cette histoire en une affaire personnelle. La violence va faire des victimes, qui vont entraîner la volonté de se venger. La série (dont le titre, Fauda, signifie Chaos) va s’enfoncer dans une sorte de cercle vicieux où la règle est de faire le plus de mal possible. Assassinats, attentats, torture : la violence monte de chaque côté.

Au détriment des familles, bien souvent. Fauda nous propose souvent le regard des femmes, de celles qui perdent tout, leurs maris, leurs fils, leurs frères. De celles qui, en un clin d’œil, passent du statut de jeune mariées à celui de veuves.

« Tu es une héroïne du peuple, dira-t-on à une de ces épouses.
_ Une héroïne du peuple ? Non, je voulais juste être une épouse et une mère. »

La force de la mise en scène et du scénario de Fauda, c’est de montrer le caractère implacable de cette violence. Par la rapidité et la brutalité de son action, avec des scènes parfois éprouvantes qui ne sont pas sans rappeler The Shield (parallèle d’autant plus frappant que, dans les deux séries, se pose la question de la moralité), cette saison entraîne son spectateur dans un tourbillon qui semble ne jamais s’arrêter, un maelström où on s’enfonce inexorablement vers le pire. Cette appréhension d’un pire qui est toujours possible rend la série absolument passionnante. Le scénario, remarquablement construit, nous réserve toujours des surprises et permet d’avoir de l’action dans chaque épisode, maintenant ainsi un rythme infernal. La mise en scène, quant à elle, est complètement immersive et nous plonge dès la scène d’ouverture en pleine action. Elle parvient à créer un sentiment d’urgence et une peur de chaque instant, jouant par exemple magnifiquement bien avec les décors de ruelles labyrinthiques ou d’entrepôts désaffectés.

Wild Side nous propose les douze épisodes de cette première saison en un coffret trois DVD, avec une excellente qualité d’image et de son, le tout agrémenté de deux compléments de programme, un making of et la bande annonce de la saison 2, dont la diffusion a déjà débuté sur la télévision israélienne.

FAUDA-DVD-serie-saison1

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DVD :

Format image : 1.77, 16/9ème compatible 4/3
Format son : Français & Hébreu/Arabe Dolby Digital 2.0
Sous-titres: Français
Durée : 12 épisodes de 40’
COMPLÉMENTS :
– Making-of (23’)
– Exclusivité : la bande-annonce de la Saison 2
Prix public indicatif : 29,99 € le Coffret 3 DVD
– déjà disponible en téléchargement définitif –

Fauda saison 1 : Bande annonce

Comments

Commentaire

Partagez28
Tweetez4
Enregistrer2
Partagez2
+1
36 Partages