Avis aux fans incontestés de cette emblématique série, Breaking Bad : The Movie arrive ! Reprendre l’ensemble des épisodes afin de les découper en un film de deux heures, voici l’incroyable pari, relevé par deux fanatiques de LA série culte… 

Cinq saisons, soixante-deux épisodes, et environ cinquante heures retraçant la palpitante histoire de Walter White alias Heisenberg… Jusqu’ici le défi semble n’être qu’un fantasme purement irréalisable. Pourtant, Lucas Stoll et Gaylor Morestin, deux adorateurs de Breaking Bad ont su relever ce challenge audacieux, pour un résultat des plus surprenants !

A quoi ressemblerait une série si elle devenait un film ? Cette simple question aura suffi à lancer ces deux réalisateurs au cœur de cette « toxique » aventure. Bien que pertinente, cette interrogation révèle pourtant une véritable énigme, notamment  autour de la question de l’expérimentation visuelle.

Il n’est donc pas question ici de fan-film, qui regrouperait les meilleurs moments de la série, mais bien de création d’une histoire pour servir au mieux les contraintes qu’implique un long-métrage. Un Breaking Bad alternatif, à regarder d’un œil neuf.”

Pour les jeunes scénaristes, Breaking Bad permet amplement d’appréhender cette approche visuelle. En effet, Walter White, illustre personnage complexe et contrasté des années 2010, apparaît comme l’incarnation d’un idéal, anti-héros, notamment en vue de sa transformation des plus radicales. En effet, rares sont les séries qui offrent une telle métamorphose de leur personnage principal.

Ainsi, ce challenge pour le moins novateur a notamment permis à ces deux hommes de prendre conscience de l’évidente différence technique et narrative entre les deux supports. La série permet d’insister sur la dimension dramatique de Breaking Bad, chose qui est difficilement reproductible dans un long-métrage.

Nous retrouvons bien entendu à travers le film les emblématiques moments de la série : à commencer par la découverte du cancer de Walt, sa rencontre avec son ancien élève Jesse Pinkman, le règne de Gustavo Fring (alias « l’homme poulet »), sadique et cruel personnage de la série, ou encore la transformation radicale de Walter en un incontestable dealer. Bref, de quoi alimenter durablement ces deux heures…

Quelque peu attaqué par une réalisation succincte, le film donne pourtant à la série une nouvelle dimension, réussissant à nous plonger une énième fois dans la nostalgie du crystal blue : preuve incontestable que Walter White est immortel… Le maître du deal sous un nouveau jour, alors on y retourne ?

Petite rétrospective de la saison 1 à 5  de Breaking Bad :

Comments

Commentaire

5 Partages
Partagez5
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez
Email