Ce mercredi 8 mars est sorti chez les éditions Wild Side le formidable film d’Akira Kurosawa, La Forteresse Cachée, une aventure épique, drôle et palpitante.

Réalisé en 1958 par le maître Akira Kurosawa, La Forteresse Cachée est une œuvre phare du cinéma international. De Star Wars au Bon, La Brute et le Truand de Leone, l’œuvre de Kurosawa n’a jamais cessé d’inspirer.

Alors qu’il voulait « faire quelque chose d’amusant, un grand spectacle » pour remercier la société de production Toho pour sa fidélité malgré les échecs commerciaux relatifs de ses drames ténébreux que sont Chronique d’un être vivant (1955), Le Château de l’Araignée (1957) et Les Bas-fonds (1957), Kurosawa nous livre évidemment bien plus qu’un divertissement de haute volée.

La Forteresse Cachée, dont le titre original peut être traduit Trois salauds dans une forteresse cachée, est un véritable périple dans une période sombre du Japon. Au XVIème siècle, le pays est déchiré par la guerre de clans. Deux paysans désertent l’armée d’un seigneur qu’ils avaient rejointe pour la gloire, comprenez la fortune. Les deux compères décident de rentrer chez eux quand ils tombent sur de l’or en branches, littéralement. Mais le butin caché dans ces boiseries est géré par Rokuruta (interprété par le brillant Toshiro Mifune), un fameux général au service de la maison endeuillée des Akizuki dirigée alors par la princesse Yuki, très énergique, et aussi capricieuse. Le général et la princesse veulent se rendre dans la même contrée que les deux paysans, qui ont tendance à se comporter de manières idiote et cupide, mais qui sont aussi sympathiques, fraternels, malins et avec un bon fond. Toutefois, le général va se servir de la cupidité des deux individus pour l’aider dans sa tâche ardue de ramener la princesse et les sept cents et quelques kilos d’or en territoire allié, pour ainsi refonder le clan Akizuki. Mais un long voyage en territoire ennemi les attend, avec aussi des dangers et découvertes inattendus, ainsi que quelques moments surprenants portés par la joie, l’humour et l’espoir.

Le film est présenté dans un coffret Blu-ray + DVD + Livre dans la collection Kurosawa – Les années Toho, composée par 17 films réalisés de 1943 à 1970, et démarrée en Octobre 2015 par Wild Side.

Du côté de l’image, elle est, comme d’habitude ou presque chez Wild Side, plutôt remarquable. Si le contraste retravaillé lors de la remasterisation contribue à redonner vie aux grandes images du maître, on le regrettera pendant certains plans où des visages sont tellement blancs que les détails du faciès ont disparu. À noter toutefois que l’on ne perd aucun détail lors des scènes obscures. On peut donc alors supposer que l’image trop blanchâtre peut être due à une copie un peu abîmée ; à un remaster pas toujours soigneux ; ou encore à des erreurs techniques du maître pendant la production voire même post-production du film, mais le rédacteur de ces lignes préférerait se faire Harakiri plutôt que de croire à une chose pareille quand bien même il a émis – pour on ne sait quelle raison sauf celle de vous amuser un peu – cette improbable et blasphématoire hypothèse.

Du côté du son, le rendu général est plutôt bon. Au contraire des compléments ou bonus qu’on aurait aimés plus fournis pour l’édition d’une œuvre d’une telle ampleur. On notera toutefois que les les trois éléments présents sont plutôt riches et intéressants. Heureusement, le livre de l’édition écrit par Christophe Champclaux (historien du cinéma, spécialiste de films de genre) comblera ce petit manque, tout en vous donnant à voir les éternelles photographies « rares » de tournage et autre… Une excellente édition signée Wild Side pour cette grande aventure humaine, riche d’action, d’intrigues, d’humour, d’émotions, de majesté et de réalisme qu’est la Forteresse Cachée, œuvre cinématographique intemporelle.

  Le Château de l’Araignée, d’Akira Kurosawa, en coffret Blu-ray + DVD + Livre

La Forteresse Cachée – Bande-Annonce du film

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DVD

Master restauré HD – Noir & Blanc – Format image : 2.35, 16/9ème compatible 4/3 – Format son : Japonais DTS

& Dolby Digital Mono – Sous-titres : Français – Durée : 2h13

 

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Blu-ray

Master restauré HD – Noir & Blanc – Format image : 2.35 – Résolution film : 1080 24p Format son : Japonais

DTS Master Audio Mono – Sous-titres : Français – Durée : 2h18

COMPLÉMENTS

Kurosawa et l’utilisation du Cinémascope (44’)

Gidai-geki Style 1950-1958 (26’)

Gidai Geki, l’héritage de Kurosawa (26’)

+ un livret de 60 pages, écrit par Christophe Champclaux

Prix public indicatif : 24,99 Euros le Blu-ray + DVD + Livret

  L'Ange Ivre, un film d'Akira Kurosawa : critique du DVD

Comments

Commentaire

8 Partages
Partagez5
Tweetez
+11
Épinglez1
Partagez1
Email