Welcome to Leith, de M. Beach Nichols et C. Walker : Critique, Champs-Élysées Film Festival
3.0Note Finale

[Critique] Welcome to Leith

Synopsis : Leith, petite ville isolée de 25 habitants dans le Dakota du Nord, passe en quelques mois sous le contrôle d’un seul homme : Craig Cobb. Représentant actif de la « Suprématie blanche », il tente d’installer une communauté de fidèles à sa cause en toute légalité, et sous les yeux horrifiés des habitants. Welcome to Leith s’empare donc de cet évènement peu croyable afin d’avertir le public de la menace de groupes terroristes radicaux qui sévissent librement aux Etats Unis.

welcome-to-leith-film-nichols-walker

Une histoire hallucinante mais réelle
L’histoire en elle-même peut sembler être une mauvaise blague. Comment un seul homme réussit-il à s’emparer d’une ville pour en faire son QG en à peine 3 mois ? C’est-ce qu’on voulu montrer les deux réalisateurs de Welcome to Leith. Après la lecture d’un article dans le New York Times qui en parlait, Michael Beach Nichols et Christopher K. Walker se sont intéressés à l’évènement afin de le traiter et d’en parler objectivement.
Le tournage du documentaire a commencé en Octobre 2013, soit trois mois après l’installation de Craig Cobb à Leith. La première partie du film marque sa prise de pouvoir progressive et menaçante au sein de la petite communauté. Au début très discret, Craig achète plusieurs terrains et habitations, qu’il revend ensuite à la NSM (Mouvement National-Socialiste Américain) et à ses membres du parti afin qu’ils s’installent à Leith. Imposant leur idéaux radicaux, ils n’hésitent pas à manifester un intérêt pour la politique de la ville afin de mieux la contrôler. Ainsi marque le début de l’horreur pour Leith et ses habitants.

Le documentaire revêt lui-même des allures de films d’horreur avec un décor proche des villes apocalyptiques de The Walking Dead. La réalisation du film joue sur cette tension prête à imploser dans ce théâtre de haine et de violence palpable. Entre témoignages des habitants traumatisés tel un documentaire classique, et réelle insertion dans leur intimité au quotidien, le documentaire prend suffisamment de profondeur pour éveiller de l’empathie auprès du spectateur.
Le film reste tout de même objectif en parvenant à faire témoigner Craig Cobb (Non sans avoir d’abord fait des tests pour s’assurer de la « pureté » de sang des réalisateurs.) et d’autres membres du NSM. Témoins de leur position, qu’ils s’accordent à affirmer être légale grâce au premier amendement américain, on reste horrifié de la facilité avec laquelle ils ont pu exercer leur propagande antisémite.

welcome-to-leith-documentaire-craig-cobb

Jusqu’où va la liberté d’expression ?
Tout part de ce droit immuable dont les américains sont fiers, mais qui présente avec cet exemple, une faille indéniable. Craig Cobb est un homme intelligent qui a réussi à contourner les lois pour mieux harceler et faire pression sur ceux qu’ils considéraient comme une menace. Certes, tout citoyen américain a le droit de défendre ses opinions tant qu’il ne blesse personne. Mais on parle là tout de même de groupes racistes, se cachant derrière leur droit d’expression pour mieux propager leurs idées haineuses et belliqueuses. Ne devrait-on alors pas imposer une nouvelle limite à cette liberté d’expression ? C’est le débat que voudrait susciter le documentaire en montrant l’exemple de Cobb et sa liberté d’agissement.
Malheureusement pour le rythme du documentaire, la partie sur le procès s’éternise. On assiste également au manque de justice de cette affaire avec la libération de Cobb et ses complices. Loin de se repentir de ses actions, Cobb a en parti accepté de participer au documentaire pour défendre fièrement ses idéaux tel un outil de propagande. Persuadé que son exemple sera poursuivit par d’autres, il prend cette histoire non pas comme un échec mais une victoire.

Bienvenue à Leith, la vie d’après
Suite à l’expulsion de Craig Cobb, les habitants de cette ville sans histoire, autrefois tranquilles, se remettent peu à peu de la violence vécue. Aujourd’hui encore, des terrains de la ville appartiennent au NSM, tel la menace silencieuse de leur retour. Craig Cobb vit actuellement dans une autre petite ville du même gabarit que Leith, et n’a pas fini de faire parler de lui.
L’intérêt du documentaire est d’éveiller les foules et combattre ce genre de pressions xénophobes qui agissent tacitement et dont la légalité doit être remise en cause. Pas si objectif que ça le documentaire montre souvent l’aspect ridicule que peut avoir Craig Cobb dans son orgueil démesuré, le film réussit tout de même à faire susciter dégout et l’effroi face à cet évènement et pour ceci il mérite d’être salué.

Bande annonce du film :

Welcome to Leith – Fiche technique :

Titre original : Welcome to Leith
Date de sortie : 12 juin 2015
Nationalité : Américaine
Réalisation : Michael Beach Nichols, Christopher K. Walker
Scénario : Michael Beach Nichols, Christopher K. Walker
Montage : Michael Beach Nichols
Production : Jenner Furst, Joey Carey, Joshua Woltermann
Sociétés de production : Lions Gate Film.
Sociétés de distribution : Lions Gate Film.
Budget : NR
Genre : Documentaire, Thriller.
Durée : 86 mins
Récompense(s) : NR

Lien connexe :
Craig Cobb confronté à ses tests sanguins : https://www.youtube.com/watch?v=ptSZnTtGCQA

Comments

Commentaire

21 Partages
Partagez20
Tweetez
+1
Enregistrer1
Partagez
Email