La Berlinale 2017 vient de s’achever et de dévoiler son palmarès remis par le jury présidé par Paul Verhoeven. Un beau palmarès plein de surprises qui nous rappelle que Berlin est plus enclin à récompenser les femmes que Cannes.

L’Ours d’Or a été remis à la hongroise Ildikó Enyedi pour son film On Body and Soul (ou Testről és lélekről en hongrois). Une étrange histoire d’amour, puisqu’elle prend place dans l’un des décors les moins glamours imaginables : Un abattoir. On comprend que ce décalage ait plu à Verhoeven.  Sa date de sortie en France n’est pas encore déterminée.

Le Grand prix du jury revient à Félicité, film du portugais Alain Gomis. Ce portrait de femme tourné à Kinshasa sortira chez nous le 29 mars.

Le Prix Alfred Bauer a été remis à la polonaise Agnieszka Holland pour son film Pokot. Un thriller annoncé comme subversif dont la date de sortie en France n’est pas encore déterminée.

L’Ours d’argent du meilleur réalisateur revient à l’inénarrable Aki Kaurismäki, pour son film L’autre côté de l’espoir qui sortira en France le 15 mars.

L’Ours d’argent du meilleur acteur est remis à l’autrichien Georg Friedrich (autrefois découvert par Michael Haneke) pour sa prestation dans Helle Nächte où il incarne un homme qui se rapproche de son
père via un road-trip bucolique. Sa date de sortie en France n’est pas encore déterminée.

L’Ours d’argent de la meilleure actrice a été attribué à la coréenne Kim Min-hee (vue récemment dans Mademoiselle) pour sa performance dans On the Beach at Night Alone, le prochain film de Hong Sangsoo dont la date de sortie en France n’est pas encore déterminée.

L’Ours d’argent du meilleur scénario a été remis aux chiliens Sebastián Lelio et Gonzalo Maza pour Una mujer fantástica, le drame d’une transgenre rejeté par la famille de son défunt mari. Sa date de sortie en France n’est pas encore déterminée.

L’Ours d’argent pour la contribution artistique est revenu à la monteuse roumaine Dana Bunescu pour son travail sur le film Ana, mon amour qui sortira en France le 3 mai.

L’Ours d’or du meilleur court-métrage a été remis à Cidade Pequena du portugais Diogo Costa Amarantes.

  FEFFS 2017 : révisions des classiques et découvertes de nouveaux horizons

Comments

Commentaire

29 Partages
Partagez23
Tweetez
+12
Enregistrer2
Partagez2
Email