cineseries-mag.fr ...
The Foreigner, Jackie Chan à Belfast
3.5Note Finale

Cela faisait longtemps que Jackie Chan n’avait pas exhibé sa trogne sur les écrans français. Il revient cette année avec The Foreigner, un thriller d’action, qui lui offre un rôle diamétralement opposé à ceux dont il avait l’habitude. Exit donc le Maître Chinois et place au père revanchard taciturne.

Oublions un peu le bagarreur jovial qui a fait les grandes heures de la kung-fu comedy dans les années 80 et 90, c’est avec un personnage rancunier et très borné que l’on retrouve ce cher Jackie pour son grand retour sur les écrans français. Dans The Foreigner, Jackie Chan a 60 ans et est furieux car on a assassiné sa fille. À première vue, on a l’impression de se trouver dans un film à la sauce Taken. L’avantage de The Foreigner étant d’avoir, non pas un tâcheron issue de l’usine Europacorp aux commandes, mais un faiseur d’action assez efficace. Martin Campbell est surtout connu pour avoir joué à deux reprises le rôle de phénix pour la saga James Bond, lui permettant, dans un premier temps, de revenir après 6 ans d’absence et d’offrir à l’agent britannique le grand saut (à l’élastique ) dans les 90s avec Goldeneye. Il réitérera la chose une dizaine d’années après en réalisant Casino Royale, regain de modernité pour la saga quarantenaire et tournant une nouvelle page avec l’ère Craig. Pas un manchot donc  qui avait d’ailleurs montré un penchant pour de l’action assez musclée, n’hésitant pas à ébranler l’image de l’invincible James Bond dans Casino Royale. Voilà donc le réalisateur néo-zélandais aux commandes de cette adaptation d’un roman signé Stephen Leather et bénéficiant d’un casting des plus alléchants. Outre Jackie Chan, on peut noter la présence de Pierce Brosnan, ex-agent 007, déjà dirigé par Campbell dans Goldeneye.

the-foreigner-jackie-chanThe Foreigner démarre comme une croisade vengeresse, celle d’un homme seul ayant perdu sa dernière famille en la personne de sa fille, dans un attentat perpétré par l’IRA en plein Londres. Quan, humble restaurateur chinois, se lance à la poursuite des commanditaires, et sera prêt à tout pour obtenir des informations sur cette IRA authentique comme elle se proclame. Jackie Chan offre ici un rôle à l’exact opposé de ceux qui ont fait sa renommée. Exit le sourire et les grimaces mais place à un air plus taciturne et une émotion certaine. Dès les premiers instants, Chan arrive à faire ressentir la peine de son personnage, un père ayant perdu le dernier membre de sa famille dans une tragédie. Pourtant, sous cet aspect de petit vieillard grisonnant, se cache un homme revanchard et têtu.  C’est un peu une image récurrente dans le cinéma d’action aujourd’hui. On pense forcément aux rôles de Gosling chez Refn. Chan se transforme donc en une sorte de vengeur taiseux. C’est ainsi que Quan se rend à Belfast afin d’essayer de soutirer au vice-ministre Liam Hennessy (Pierce Brosnan), ancien membre de l’IRA, les noms des responsables de l’attentat.

Dès lors, Quan fait resurgir son passé de membre des forces spéciales. Véritable MacGyver, il aura recours à de nombreux stratagèmes pour acculer le ministre. The Foreigner est loin d’être un film d’arts martiaux, les scènes de bagarres sont peu nombreuses mais plutôt réussies. La première rappelle une séquence de Casino Royale, avec Quan aux prises avec 4 agents de Hennessy dans un petit B&B et qui finira par une violente échauffourée dans des escaliers. La réalisation assez fluide de Campbell, associée à une chorégraphie simple mais efficace en combat rapproché, teintée de petites acrobaties Chan-esque, rend la séquence très prenante. Loin d’être illisible comme la plupart des scènes d’actions américaines aujourd’hui, la patte de Campbell offre aux amateurs de Jackie Chan de quoi se mettre sous la dent.  Malgré tout, The Foreigner est très éloigné des autres Jackie Chan-movie. Le ton très sérieux empêche la moindre pointe d’humour de venir s’immiscer dans son récit.

the-foreigner-pierce-brosnan-michael-mcelhattonAu delà d’une simple vengeance, c’est tout une intrigue politique qui dirige The Foreigner de telle sorte qu’on pourrait presque se demander si le personnage principal de l’histoire n’est pas Pierce Brosnan. Ancien membre de l’IRA, Liam Hennessy semble être une cible de choix pour le contre-terrorisme en ce qui concerne la responsabilité des attentats. Le voilà donc à gérer deux crises à la fois : essayer de maintenir sa réputation et survivre aux différentes tentatives de Quan de lui soutirer des noms, qu’il ne connait lui-même pas. Pierce Brosnan, grisonnant lui aussi et arborant une belle barbe, en fait un peu des caisses dans ce rôle de politique aux connexions peu recommandables.  Son élocution grandiloquente contraste parfaitement avec le côté très mutique de Quan. Résultat : beaucoup de dialogues en ce qui concerne les séquences de l’acteur irlando-américain. On peut reprocher souvent aux films d’actions de vouloir en faire trop, d’accoucher d’intrigues alambiquées venant complètement anéantir le rythme à l’immage du récent Atomic Blonde et son histoire balourde sur fond de chute du mur de Berlin. Bien qu’assez bavard, The Foreigner s’en sort avec les honneurs, même si le tout manque un peu de surprises. La base du bouquin en est certainement pour quelque chose.

Ce nouveau film de Campbell est donc loin d’être un défouloir à la sauce Jackie Chan. S’ il arrive à se diversifier dans ses moments de bravoure, offrant des séquences assez jouissives comme cette traque dans une forêt piégée par Quan, The Foreigner tend  au final plus vers le thriller que le film d’action. Offrant à Jackie Chan un rôle plus torturé, allant même jusqu’à référencer Rambo, The Foreigner malgré son manque d’originalité, dans son déroulement, propose quelque chose d’assez nouveau. Une nouvelle ère pour Jackie Chan, abandonnant son costume de clown, cessant de rendre hommage au film muet pour entrer dans une modernité, soulignée par ailleurs par une bande originale électrisante. La BO de Cliff Martinez, plutôt incongrue à première vue dans ce genre de film, se trouve être diablement euphorisante.

The Foreigner – Bande Annonce

The Foreigner – Fiche Technique

Réalisation : Martin Campbell
Scénario : David Marconi, d’après le roman The Chinaman de Stephen Leather
Interprètes : Jackie Chan, Pierce Brosnan, Charlie Murphy, Michael McElhatton, Liu Tao, Orla Brady, Rory Fleck-Byrne, Ray Fearon
Musique : Cliff Martinez
Directeur de la photographie : David Tattersall
Producteurs : Jackie Chan, Wayne Marc Godfrey, Jamie Marshall, D. Scott Lumpkin, Arthur M. Sarkissian
Sociétés de production : The Fyzz Facility, Sparkle Roll Media, Huayi Brothers Pictures, Wanda Pictures
Société de distribution : Metropolitan Filmexport
Durée : 114 minutes
Genre : thriller, action
Date de sortie : 8 novembre 2017

Angleterre, Chine – 2017

Comments

Commentaire

Partagez9
Tweetez
Enregistrer1
Partagez1
+1
11 Partages