Primaire, un film de Hélène Angel : Critique
3.5Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)

Retour à l’école avec Primaire ! Sara Forestier serait-elle la professeure parfaite ?

Synopsis : Florence est une professeure des écoles dévouée à ses élèves. Quand elle rencontre le petit Sacha, un enfant en difficulté, elle va tout faire pour le sauver, quitte à délaisser sa vie de mère, de femme et même remettre en cause sa vocation. Florence va réaliser peu à peu qu’il n’y a pas d’âge pour apprendre…

Avec Primaire, Hélène Angel signe son 5ème long-métrage. Si ce film ne fait pas dans la nouveauté en s’intéressant au quotidien d’une professeure de primaire, interprétée par Sara Forestier, il n’en est pas moins agréable, aux personnages attachants.

Faire jouer des enfants au cinéma est toujours une valeur sure. Ces petits bouts de chou ne peuvent qu’être primaire-un-film-de-helene-angel-critique-cinema-sara-forestierattendrissants tant leur visage angélique parviennent à ravir le cœur du spectateur. Attendrissants certes, mais compliqué à faire jouer. Dans Primaire, Hélène Angel y arrive avec brio. Chaque enfant est parfaitement dirigé, et aucun ne fait dans la fausseté, ce que l’on pouvait redouter, avec une mention spéciale pour Jules Gaboriau qui interprète Jean-Philippe. Évidemment, impossible d’échapper à deux trois regards caméra, mais cela n’ôte rien au charme du film. En complément, les adultes sont tout autant excellents, Sara Forestier en tête. L’actrice, découverte dans L’Esquive d’Abdellatif Kechiche, ne cesse d’exceller au fil de ses interprétations filmiques. On se souvient de Suzanne, Le nom des gens ou encore La tête haute, qui ne cesse de confirmer le talent de la jeune comédienne. Vincent Elbaz est un parfait complément à  cette dernière, mais ne sort toutefois pas des sentiers battus.

Là où réside toute l’ingéniosité du scénario d’Hélène Angel, c’est dans son portrait qu’elle livre de l’école primaire en ne se concentrant pas sur une seule professeure. S’offre à nous toute une équipe pédagogique : de nombreux seconds rôles, parfois attachants, parfois détestables, viennent donner vie à cette école. Impossible de se lasser et on prend du plaisir à découvrir le quotidien de ces divers professeurs.
Mais elle ne s’arrête pas là et ne se contente pas d’être approximative dans les propos tenus. Hélène Angel s’est renseignée, a côtoyé une équipe pédagogique de primaire et parvient à donner toute véracité à son propos. On parle de RASED, de redoublement et de tous les nouveaux termes imaginés par l’éducation nationale pour compliquer chaque jour un peu plus le travail, déjà difficile, des professeurs. Et impossible d’échapper au traditionnel spectacle de fin d’année ! Même au cinéma, on ne peut éviter cette (douloureuse ?) épreuve, mais il est ici tellement touchant et drôle qu’on ne peut que se laisser entrainer dans l’Histoire.

Toutefois, Primaire n’est pas exempt de défaut. Dans le scénario d’Hélène Angel, tout est un petit trop précipité. Les différentes amourettes sont bien trop rapides, les résolutions également. La relation entreprimaire-un-film-de-helene-angel-critique-cinema-sara-forestier-albert-mautret Sara Forestier et Vincent Elbaz prend forme tellement vite qu’elle met presque mal à l’aise. Le comportement d’Elbaz vis-à-vis de Sara Forestier parait bien trop irréel pour être crédible. Dommage, il aurait été possible de faire légèrement plus dans la finesse, sans pour autant créer des longueurs.
Mais quand on y réfléchit, le côté fleur bleue de l’intrigue est-il réellement utile ? Enrichit-il la progression du récit ? On se rend compte que la romance est en fait bien trop superficielle. Se concentrer sur la vie de l’école primaire aurait été plus trépidant, sans hésitation.
On soulignera également quelques clichés dans les relations entre enfants, avec ces amis qui se transforment en ennemis, et vice versa.

Avec Primaire, Hélène Angel nous offre une œuvre qui frôle le documentaire, s’entourant d’acteurs livrant le meilleur d’eux-mêmes. Même s’il ne renouvelle pas le genre, être guidé au long du film par des enfants tous plus attachants les uns que les autres est un réel plaisir.

  Nocturnal Animals, un film de Tom Ford : Critique

Primaire : Bande-annonce

Primaire : Fiche technique

Réalisateur : Hélène Angel
Scénario : Yann Coridian, Hélène Angel
Interprétation : Sara Forestier, Vincent Elbaz, Guilaine Londez, Olivia Côte, Lucie Desclozeaux, Ghillas Bendjoudi…
Photographie : Yves Angelo
Montage : Sylvie Lager, Christophe Pinel, Yann Dedet
Musique : Philippe Miler
Direction artistique : Michel Schmitt
Productrice : Hélène Cases
Sociétés de production : Lionceau Films
Distribution (France) : StudioCanal
Durée : 105 minutes
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 4 janvier 2017

France – 2017

Comments

Commentaire

12 Partages
Partagez6
Tweetez2
+11
Enregistrer2
Partagez1
Email